Environ 500 cas de Leishmanioses à Errachidia
www.zizvalley.com | Le 29 / 12 / 2008 à 23:00 | Dans Divers

Les services de la délégation provinciale du ministère de la Santé à Errachidia ont dépisté cette année environ 500 cas de Leishmanioses, affections cutanées ou viscérales dues à des protozoaires flagellés appartenant au genre Leishmania de la famille des Trypanosomodae et transmises par la piqûre de certaines espèces de phlébotomes, comprenant les mouches du genre Lutzomia.

Ces cas, concentrés notamment au niveau des circonscriptions sanitaires de Rissani, Tinjdad et Goulmima, sont pris entièrement en charge par les services compétents du ministère de la Santé à travers des actions intensives au niveau local et la mobilisation de l'ensemble des partenaires pour contrecarrer cette maladie parasitaire et parer à toute éventualité d'endémicité, a assuré dans une déclaration à la MAP Dr. El Mehdi Bellouti, délégué provincial du ministère de la Santé.

Il a aussi indiqué que la délégation provinciale applique les orientations ministérielles relatives à la surveillance et la lutte contre les leishmanioses, à travers notamment des actions de prévention qui consistent à informer et sensibiliser la population sur les dangers de cette maladie ainsi qu'à mener des campagnes de propreté, de désinsectisation et de dératisation en collaboration avec plusieurs partenaires.

Le programme de surveillance et de lutte contre les leishmanioses comprend notamment des actions de dépistage actif et passif des cas et des enquêtes épidémiologiques, a-t-il soutenu, ajoutant que tout le personnel médical et paramédical est formé pour assurer la mise en application des soins nécessaires au niveau de l'ensemble des structures sanitaires qui sont dotées en moyens nécessaires (médicaments, produits et réactifs).

Dr El Bellouti a souligné la nécessité pour l'ensemble des partenaires (ministère de l'Agriculture, de l'Education nationale, collectivités locales, société civile et population) de redoubler d'efforts en vue d'attaquer le mal à ses origines à travers des actions de prévention et de sensibilisation.

La maladie est connue au niveau de cette province depuis les années soixante-dix et en enregistre 500 à 600 cas en moyenne par année avec des pics épidémiques tous les cinq ans.

Les premiers cas ont été enregistrés en 1976 au niveau de la circonscription sanitaire d'Alnif. 
   
MAP