zizvalley errachidia
Projet de sauvegarde et de réhabilitation des Ksours et Kasbah de Tafilalet
Publié Le 02 / 10 / 2006 à 22:00 | Dans Art & Culture | 1726 Lectures | E-mail Article | Imprimer Article

    ERRACHIDIA (MAP) - Un grand projet de restructuration, de sauvegarde et de réhabilitation des Ksours et des Kasbahs du Tafilalet est lancé, au niveau de la province d'Errachidia, à l'initiative de la délégation provinciale de l'habitat et de l'urbanisme et les associations locales dans l'objectif de sauver ce patrimoine architectural qui s'intègre parfaitement dans le milieu écologique de la région.

Depuis une vingtaine d'années, l'émigration de la population des Ksours vers les centres urbains a favorisé l'abandon de ces bâtisses. Depuis lors, elles ont sombré dans l'abandon et l'oubli, les menaçant même de disparition.

Cet ambitieux projet qui tend à redonner vie à ces édifices privilégie l'action communautaire et fait appel à des techniques d'utilisation de matériaux locaux pour sauvegarder le savoir faire traditionnel en matière de construction qui tend vers la disparition.

D'un coût global de 36,734 millions DH, ce projet concerne la restructuration des Ksours d'Amejouj (8 millions DH), d'Ait Bamouha (3 millions DH), d'Anegbi (1 millions DH) et de Touchka (9,013 millions DH), ainsi que la restauration des Ksours de Goulmima (9,930 millions DH) et d'Abou Aam (5,8 millions DH).

Des études topographiques, en cours de réalisation, portent également sur la restauration de Ksar Asrir à Tinjdad et de Ksar Boudnib qui constituent une continuité historique de la région du Tafilalet.

L'intervention sur ces édifices a été précédée d'un inventaire détaillé sur leur état de dégradation et les investigations entreprises ont permis de définir la nature et le niveau d'efforts nécessaires pour chacune des composantes des constructions à entreprendre.

L'opération se déroule par tranches, les travaux commenceront d'abord par le confortement de l'assise des murs d'enceinte, le renforcement des bases des murs par la maçonnerie de pierres, la reprise et la consolidation des points névralgiques et des effondrements de la maçonnerie en élévation et le revêtement du sol des ruelles par la pierre locale.

Depuis une dizaine d'années, plusieurs associations locales ont appelé à la sauvegarde du patrimoine architectural de la région du Tafilalet qui a subi une dégradation massive à cause des aléas de la nature et de l'abandon de la population qui n'a plus les moyens d'entretenir un Ksar.

En l'absence des travaux d'entretien et de maintenance, les Ksours se dégradent rapidement et se transforment en un amas de pierres et de sable.

Lors de la tenue de la 7ème édition de l'université de printemps de l'architecture, les 2 et 3 juin dernier à Rabat, sous le thème ""les tissus anciens en question : Médinas du Maroc entre valeurs et usages"". Le ministre délégué chargé de l'habitat et de l'Urbanisme, M. Ahmed Toufiq Hejira avait appelé à la création d'un organisme national chargé de la gestion et de la réhabilitation des tissus anciens, pour la réhabilitation des médinas, Ksours et Kasbahs du Maroc, ajoutant que cette nouvelle institution doit avoir des représentations dans les différentes villes du Royaume.

""Il est temps de réhabiliter les tissus anciens du Maroc et de tirer partie du nouveau code de l'urbanisme qui prévoit des textes juridiques relatifs à la planification et la gestion des anciens tissus"", avait insisté le ministre.

avmaroc.com
source: MAP